Les Artistes

Les Instrumentistes

Donna Agrell, basson baroque

Donna Agrell a commencé ses études musicales à l’université d’Alaska puis à l’université du Wisconsin à Madison. Poursuivant sa formation en Europe, elle a étudié au Conservatoire Royal de La Haye en Hollande et à la Musikakademie de Bâle.

De 1980 à 1990, elle est membre de l’orchestre de Sigiswald Kuijken : « La Petite Bande ». Elle joue avec « l’orchestre du 18ème siècle » sous la direction de Frans Brüggen depuis sa fondation en 1981 et devient bassoniste principale du « Freiburger Barockorchester » en 1990.
Sa discographie approche la centaine d’enregistrements avec ces orchestres. En soliste elle interprète le concerto pour basson de W.A. Mozart (K191) avec le Freiburger Barockorchester en 2006 (CD Harmonia Mundi, France).

En outre, elle joue avec d’autres ensembles spécialisés dans le domaine de l’interprétation historique: le Bach Collegium Japan, Orchestra Classica Libera, Mozart Academy Amsterdam et Anima Eterna, sous la direction entre autres de Gustav Leonhardt, Roger Norrington, Philippe Herreweghe, Trevor Pinnock, Simon Rattle, Masaaki Suzuki, Nick McGegan, Rene Jacobs, Jos van Immerseel, Thomas Hengelbrock, Kent Nagano.

Donna Agrell a enseigné au Conservatoire d’Amsterdam, à l’École Supérieure de Freiburg et donne régulièrement des stages et ateliers internationaux aux États-Unis, en Europe, en Asie, en Amérique Latine et en Australie. Elle est actuellement professeure au Conservatoire Royal de La Haye et à Schola Cantorum Basiliensis.

Armin Bereuter, viole de gambe et basse de violon

Armin Bereuter a commencé sa carrière musicale par des études de guitare classique (diplôme à Feldkirch). Ensuite, il s’est consacré à la musique de la Renaissance et du Baroque. Il a étudié la viole de gambe auprès de Lorenz Duftschmid, puis de Jordi Savall et Paolo Pandolfo à la Schola Cantorum Basiliensis. Il approfondit son intérêt pour le répertoire classique en étudiant la contrebasse et le violone chez David Sinclair.

En tant que gambiste et contrebassiste, Armin Bereuter participe régulièrement à la série « Abendmusiken » des Cantates de Bach et des compositeurs allemands à la Predigerkirche de Bâle. En France, il joue avec La Chapelle Rhénane, en Allemagne avec Sette Voci (dir. Peter Kooij), en Autriche avec l’Armonico Tributo (dir. Lorenz Duftschmid). Il a participé en tant que première basse de l’orchestre de la Bach-Stiftung de St-Gall sous la direction de Rudolf Lutz. En outre, il a accompagné les musiciens suivants : Andreas Scholl, René Jacobs, Erich Höbarth, Gottfried von der Goltz, Thomas Hengelbrock, etc.

De nombreux enregistrements de CD’s documentent ses rencontres musicales : en particulier celui de La Chapelle Rhénane qui a obtenu le Diapason d’Or de l’Année 2007.

Vivian Berg, hautbois baroque et flûte à bec

Vivian Berg a fait ses études de flûte à bec au conservatoire de Trondheim (Norvège) où elle obtient un diplôme de soliste et de musique de chambre. Elle poursuit ses études à l’École Supérieure des Arts d’Utrecht (classes de Reine-Marie Verhagen et Heikoter Schegget), puis au Conservatoire Royal de La Haye dans la classe de Marion Verbruggen où elle reçoit son diplôme de concertiste avec félicitations du jury. Elle a étudié ensuite le hautbois baroque dans la classe de Ku Ebbinge.

Comme hautboïste et flûtiste à bec, elle donne des concerts avec divers orchestres et formations de musique de chambre, Les Talens Lyriques, Il Complesso Barocco, Capriccio Basel. Elle se produit en soliste avec l’Orchestre Baroque de Norvège, le King’s Consort, et bien d’autres. Vivian Berg donne des récitals en duo au Japon, en Norvège, en Hollande et en Suisse.

Elle enseigne actuellement la flûte à bec et le hautbois baroque au Conservatoire de Montreux-Vevey-Riviera.

Elle a effectué plusieurs enregistrements de CD’s, notamment : Concertos brandebourgeois de J. S. Bach, Passion selon Saint Marc de J. S. Bach et Pavan Lachrymae de Dowland.

Annabelle Blanc, danse baroque

Danseuse et claveciniste, Annabelle Blanc est diplômée du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon et de la Schola Cantorum de Bâle, Suisse (classe de Jesper Christensen).
Parallèlement à une pratique de la danse classique et contemporaine, elle s’intéresse à l’art de la Belle Dance, qu’elle étudie avec Érika Schneiter (Bâle), Cecilia Gracio Moura (Les Fêtes d’Hébé), Ana Yepes, Béatrice Massin et Jean-Marc Piquemal (Les Fêtes Galantes), Marie-Geneviève Massé (L’Éventail).

Cette double compétence lui permet de satisfaire sa préoccupation majeure, à savoir aborder la musique et la danse en un tout indissociable. Elle se produit avec les Compagnies de Bernd Niedecken (« Erato Ensemble Freiburg » en Allemagne) et d’Alain Christen (« Les Boréades » en Suisse) et comme danseuse soliste à travers des projets personnels où elle crée ses propres chorégraphies.

Annabelle Blanc se produit en concert au clavecin en France et à l’étranger avec divers ensembles. Elle pratique l’improvisation baroque avec le violoniste Matthieu Camilleri (2009 : Festival de Lanvellec et Festival des musiques improvisées de Lausanne) et enseigne le clavecin et la danse baroque dans différents cadres (écoles de musique, milieux scolaires, stages, académies).

Ziv Braha, archiluth

Ziv Braha, est né en Israël. Il a commencé la guitare électrique à l’âge de 14 ans. A 17 ans, il s’est concentré sur le luth puis a étudié à l’Académie de musique de Jérusalem où il obtient son Bachelor. Très demandé en Israël, il est venu étudier à la Schola Cantorum de Bâle chez Hopkinson Smith. Il a donné de nombreux récitals sur le luth renaissance a étudié le théorbe. Invité aux Festwochen für Alte Musik à Innsbruck, puis à Berlin, il accompagne l’ « Orpheo » de Monteverdi sous la direction de René Jacobs. Il joue avec l’orchestre symphonique de Lucerne sous la direction de Howard Arman et avec les Basler Madrigalisten dans divers festivals. Ziv a enregisté « The Liturgy of Orpheus » du compositeur grec Yannis Markopoulos avec le Vlaamsen Opera Orchestra. Il a joué avec la Capella Vocale sous la direction de Mark Goossens et donné des récitals solo au « Oude Muziek in Alden-Biesen », au Klara Festival à Bruxelles et au Festival Oude Muziek Utrecht .

Ziv Braha enseigne le luth à l’école de musique de la Schola Cantorum à Bâle.

Emmanuel Carron, alto

Emmanuel Carron effectue sa formation de base au violon puis à l’alto à Sion dans la classe de Stefan Ruha . C’est à Lausanne, auprès de Christine Sörensen qu’il accomplit ses diplômes d’enseignement et de concert . En parallèle, il se forme à la Schola Cantorum à Bâle sur instruments historiques, alto et viole d’amour auprès de David Plantier et viole de gambe avec François Joubert-Caillet. Actuellement il enseigne l’alto et le violon au sein de l’Accademia d’Archi à Genève et joue régulièrement avec divers ensembles de chambre, principalement sur intruments historiques.

Alain Christen, danse baroque

Alain Christen a fait des études de Danse Classique et Contemporaine à la Ballettberufsschule Zürich ainsi qu’une carrière de danseur en Suisse et en Allemagne à l’Opernhaus Zürich (dir. Patricia Neary & Rudolf Noureev), le Grand-Théâtre Genève (dir. Oscar Araiz), le Schweizer Kammerballett (dir. Jean Deroc) Stadttheater Münster, Oberhausen, Städtische Bühnen der Stadt Bielefeld (dir. Wolfgang Geisendoerfer). Il est diplômé de l’Institut für Musiktheater Wien pour la pédagogie de la Danse Classique dans la classe du Professeur Karol Thòt.

Alain Christen travaille depuis 1995 sur le répertoire des Danses Historiques (Renaissance – Baroque – 19ème siècle).

Il collabore en tant que danseur et chorégraphe avec : Cie Côté Cour, Côté Jardin Genève, Hofdantzer Wien, Chorégraphie Staatstheater Karlsruhe (Händel Festspiele 2005), Barocktheater Ludwigsburg Stuttgart, Ensemble baroque du Léman, Ensemble Baroque « Erato Ensemble Freiburg ».

En 1999, il a créé l’Association « Les Boréades » à Vevey afin d’établir une structure d’étude et de spectacle dans le domaine des Danses Anciennes en Suisse Romande. Il enseigne régulièrement en Suisse, en Allemagne et en Autriche à l’Oesterreichisches Ballett-Seminar Wolfsegg am Hausruck ainsi qu’à l’École de Danse Classique Geneviève Chaussat, Genève.

Liane Ehlich, traverso et flûte à bec

Liane Ehlich a étudié la flûte à bec et la flûte traversière à Munich et Münster. Elle s’est ensuite spécialisée pour l’interprétation de la musique du Moyen-Âge et de la Renaissance à la Schola Cantorum Basiliensis. Au cours d’une seconde formation, elle a suivi les cours de Bartold Kuijken à la Haye, avant de commencer une carrière de concertiste internationale.
Liane Ehlich est membre de l’orchestre baroque “La Fontaine”, membre fondateur du trio renaissance “Chanterelle” (CD “Io canterei d’Amor”). Elle a participé aux productions de l’Opéra de Bâle, Lucerne et Münich. De plus, elle a participé à des enregistrements des ensembles Sequentia Köln, Ensemble Turicum et Musica Fiorita Basel.
Liane Ehlich vit à Bâle et enseigne à la Haute École de Lucerne et à la Schola Cantorum Basiliensis. Elle est co-responsable du cycle de cantates de Bach à la Predigerkirche de Bâle.
Passionnée du répertoire des XVIe et XVIie siècles, elle a publié une page web intitulée “Iconographie de la flûte traversière à la Renaissance”, grâce au soutien de la Haute École de Lucerne.

Rebeca Ferri, violoncelle

Rebeca Ferri a obtenu son diplôme de violoncelle au Conservatoire Santa Cecilia à Rome. Elle a également étudié la flûte à bec. A partir de 1995, Rebeca a approfondi l’étude du violoncelle et de la musique d’ensemble avec Anner Bylsma, Gerhart Darmstadt, Roel Dieltiens, Balazs Maté, Stefano Veggetti, Jesper Christensen, Reinhard Goebel, Jordi Savall.
De 2000 à 2002 elle est boursière de la Fondation Yehudi Menuhin – live music now, en Allemagne. Elle a étudié avec Jaap ter Linden à la Hochschule für Musik Würzburg et avec Kristin von der Goltz, à la Hochschule für Musik und Theater München. Rebeca fait partie des ensembles: Gli Incogniti, A l’Antica, Academia Montis Regalis, L’Astrée, A Musicall Banquet, Soavi Affetti, Accademia Ottoboni, Ensemble Baroque du Léman, Concerto Romano, Arte Musica, La Selva, Ensemble 1800, Insieme Strumentale di Roma, Il Sogno Barocco, Accademia Ottoboni. Elle enregistre pour Opus 111, Glossa, Tactus, Carus, Amadeus, Eloquentia, Dynamic, Sony, Deutsche Harmonia Mundi, Brilliant. Rebeca joue un violoncelle d’André Mehler (Leipzig 2011) d’après Martinus Kaiser (Venezia 1679) et un violoncelle anonyme anglais XVIIIème siècle.

Claire Foltzer, violon baroque

Pour Claire Foltzer, le choix d’une vie de musicienne a été une évidence. Profitant de la situation de l’Alsace, sa région d’origine, au centre de l’Europe, elle suit des master classes en Allemagne et en Suisse. C’est vers ce dernier pays qu’elle se tourne pour ses études supérieures, tout d’abord à la Hochschule de Bâle où elle obtient son diplôme d’enseignement dans la classe d’Alexander van Wijnkoop en 2007, puis à la Hochschule Luzern-Musik où elle obtient en 2012 un Master d’interprétation dans les classes de Brian Dean et Sebastian Hamann.

Violoniste curieuse et ouverte, elle participe à plusieurs créations mondiales. Elle joue également de l’alto. C’est au cours de ses études à Bâle, au contact de la Schola Cantorum Basiliensis, qu’elle découvre le violon baroque et en tombe immédiatement amoureuse. Claire Foltzer a étudié de 2012-2014 à la Schola Cantorum Basiliens et y a obtenu un diplôme de spécialisation dans la classe de Leila Schayegh. Au cours de ses études elle a bénéficié des précieux conseils de Chiara Banchini, Amandine Beyer, David Plantier, Pablo Valetti.

Elle participe à de nombreux concerts en Suisse et en France aussi bien dans un répertoire baroque et classique (entre autres avec Le Masque, Gli Angeli Genève, Bach Stiftung St Gallen) que médiéval. Claire Foltzer continue son voyage dans le temps avec la vièle à archet qu’elle étudie auprès de Baptiste Romain et Elisabeth Rumsey tout en transmettant avec bonheur sa passion pour son instrument au sein du Conservatoire de Berne et de l’école de musique de Liestal.

Brian Franklin, viole de gambe

Brian Franklin, né aux Etats-Unis, a grandi au Canada où il a découvert la viole de gambe et la musique ancienne. En 1977, il est venu étudier à la Schola Cantorum auprès de Jordi Savall. Depuis 1983, il est professeur à la Haute Ecole et au Conservatoire de Zürich ou il enseigne la viole de gambe, la musique de chambre et l’interprétation historique.

Brian Franklin est régulièrement engagé pour les solos de viole de gambe dans les passions, les oratorios et l’opéra baroque. Il exerce une activité de concertiste, avec divers ensembles spécialisés dans le répertoire du 16ème siècle tels que «Canti B» et deux ensembles de violes, «Concerto di Viole» et «Marais consort».

Il a participé à de nombreux enregistrements, entre autres le CD d’Andreas Scholl, Crystal Tears, avec le Concerto di Viole et le luthiste Julian Behr. En outre il participe avec l’ensemble «Aspekte» à la confrontation de la Musique Ancienne et de la Musique Contemporaine.

Mojca Gal, violon baroque et danse baroque

Mojca Gal est née en 1985 en Slovénie. Elle a terminé ses études avec excellence à l’Académie de Musique de Ljubljana (2008) et à la Haute Ecole des Arts de Berne (2011). Durant ses études à Berne, elle s’est de plus en plus intéressée à l’interprétation historique ce qui l’a amenée à se spécialiser pour la musique ancienne ; de 2011 à 2013 elle a fait un master en exécution musicale à la SCB dans la classe de violon baroque d’Amandine Beyer. Elle a également fréquenté les cours de David Plantier, Leila Schayegh et travaille régulièrement avec Rachel Podger.

Mojca Gal a participé à divers festivals, soit en tant que soliste, soit en ensemble. Elle a participé au 7è concours international Telemann à Magdeburg en 2013 avec l’Ensemble les Elémens. L’Ensemble a obtenu le Bärenreiter Urtext Preis. En Août 2014, l’Ensemble a été invité par le Festival LAUS Musica à Anvers, à la “International Young Artists Presentation – IYAP” en tant que “promising ensemble 2014”. Mojca a également remporté le premier prix et le prix du public au concours international de musique ancienne A. Pratola à L’Aquila, en Italie.

Mojca joue dans les orchestres Concerto poetico, Cantus firmus, Allegria musicale, Geneva Camerata, Camerata Bern et L’arte del mondo (Cologne). Elle a suivi une formation de danse baroque à Bâle auprès de B. Leitherer et Bernd Niedecken à Fribourg en Brisgau.

Brigitte Gasser, viole de gambe

La gambiste Brigitte Gasser a fait ses études à la Schola Cantorum Basiliensis dans la classe de Jordi Savall où elle obtient le diplôme en 1990. Elle est membre de plusieures formations de musique ancienne avec lesquelles elle donne de nombreux concerts. Elle s’intéresse autant au répertoire de la musique renaissance et baroque qu’aux compositions contemporaines pour la viole. Elle enseigne la viole depuis de nombreuses années.

Elle a participé à de nombreux enregistrements de radio et de disques entre autres avec les ensembles Concerto di Viole, The Earle his Viols et Daedalus (Roberto Festa) et a joué dans des opéras sous la direction de René Jacobs et de Andrea Marcon au Théâtre de Bâle et à Innsbruck.

En plus du travail avec des copies d’instruments historiques du 16ème jusqu’au 18ème siècles, elle est fascinée par la sonorité et les possibilités harmoniques du lirone comme instrument de continuo.

Jan Van Hoecke, flûte à bec

Jan Van Hoecke est né en 1982 en Belgique. En 2006 il obtient son diplôme de master de flûte à bec summa cum laude auprès de Bart Coen au Conservatoire Royal de Bruxelles. Il suit des cours de maître auprès de Gerd Lünenbürger, Eva Legène et Maurice Van Lieshout.

En 2006 il étudie la musique contemporaine avec Tomma Wessel. Parallèlement il fait une spécialisation en musique de chambre au Conservatoire Royal de Bruxelles auprès de Viviane Spanoghe, ainsi qu’une année d’études en musique contemporaine auprès d’Antonio Politano à la Haute Ecole de Musique de Lausanne en 2008.

Jan Van Hoecke a donné des concerts en Europe, au Japon et aux Etats-Unis en tant que soliste avec orchestre ou en musique de chambre, il a participé à des enregistrements avec « Champ d’Action » et le « Collegium Vocale » sous la direction de Philippe Herreweghe et a été invité au festival « itinéraire baroque » par Ton Koopmann.

Jan Van Hoecke est lauréat de nombreux prix, dont les plus prestigieux en 2011 au Concours international Johann Heinrich Schmelzer à Melk (Autriche), en 2014 au Concours international Musica Antiqua à Bruges (Belgique) et en 2015 au Concours international Georg Philipp Telemann à Magdeburg (Allemagne).

Il est professeur de flûte à bec au Conservatoire et à la Haute Ecole de Musique de Lausanne.

Arno Jochem, viole de gambe

Arno Jochem, né à Trèves, suit des études de viole de gambe et de violoncelle baroque auprès de Christoph Coin à la Schola Cantorum Basiliensis où il obtient son diplôme en 1991. Invité partout en Europe, aux Etats-Unis, en Egypte, Israël et Syrie il joue avec des ensembles de renom. Il enseigne pendant deux ans à Metz et donne de nombreux stages. Depuis quelques années, il enregistre de la musique de film composée pour lui par Annette Focks. Il a également publié des articles et des traductions sur l’histoire de la viole de gambe et du violoncelle. Il vit près de Münich.

François Joubert-Caillet, viole de gambe

François Joubert-Caillet a étudié la viole de gambe auprès de Paolo Pandolfo à la Schola Cantorum Basiliensis où il se forme aussi à l’improvisation avec Rudolf Lutz.

Il joue avec la Cappella Mediterranea et l’Ensemble Clematis (Leonardo Garcia Alarcon), La Fenice (Jean Tubery), Les Talens Lyriques (Christophe Rousset), l’Ensemble Mare Nostrum (Andrea de Carlo), la Chapelle Rhénane (Benoît Haller) et Paolo Pandolfo, avec lesquels il enregistre divers CDs pour les labels Ricercar, Ambronay Editions, K617, ZigZag Territoires, Arcana et Glossa.

Il a remporté le 1er Prix et le Prix du Public du Concours International de Musique de Chambre de Bruges et est invité à donner concerts, récitals et masterclasses en Europe, Asie et Amérique latine.

Il fonde L’Achéron en 2009 : abordant les musiques de la Renaissance, du Baroque d’aujourd’hui, L’Achéron s’attache à interpréter les répertoires anciens en mettant en valeur les essences qui les caractérisent, dans un soucis d’authenticité et de respect des oeuvres originales, mais aussi dans un esprit de lisibilité pour le public actuel. L’Achéron est aussi un laboratoire de nouvelles idées, de concepts et de pratiques artistiques : les improvisations anciennes notamment, ainsi que les musiques contemporaines, font parties intégrantes de la démarche résolument évolutive de l’ensemble.

Denitsa Kazakova, violon

Denitsa Kazakova est née à Pleven, Bulgarie, elle commence l’étude du violon à 4 ans avec sa mère, puis avec Monsieur Anton Hadjiatanassov, professeur au Conservatoire de Sofia.

À l’âge de 7 ans elle gagne son premier concours: le concours national des jeunes violonistes « Obretenov ». Elle remporte d’autres concours nationaux en 1978, 1983 et 1985. En 1985, elle est lauréate du radio-concours « Concertino Prague », et en 1988, du concours international J.-S. Bach à Leipzig.

En 1990, Denitsa Kazakova entre au Conservatoire de Lausanne, dans la classe de Pierre Amoyal et obtient, six mois plus tard, le premier prix de virtuosité avec félicitations. En 1993, elle gagne le premier prix et la médaille d’or au concours international d’interprétation musicale « Maria Canals de Barcelone » et aussi le prix de l’association Samson François au concours « Jacques Thibaud » à Paris.

En 1997 son interprétation de la Chaconne de J.-S. Bach est récompensée par un prix spécial du jury au « Concours International R. Lipizer », Italie. De 1996 à 1998 elle étudie au Conservatoire de Genève avec Marie-Annick Nicolas. Elle y remporte, en 1997 le premier prix du concours Haydn-Mozart, organisé par l’Association des amis du Conservatoire, puis obtient, en 1998 le premier prix de virtuosité.

Plus tard, dans ce même établissement, elle suit les cours de violon baroque de Florence Malgoire et obtient en 2007 le certificat de cours postgrade avec felicitations.

Sandra Latour, traverso

Sandra Latour a étudié à Lyon et au Conservatoire de Boulogne-Billancourt . Pour parfaire sa formation, elle travaille aux côtés de José Daniel Castellon à la Haute Ecole de Musique de Lausanne où elle obtient un diplôme de musicienne d’orchestre ainsi qu’un diplôme de concert avec les félicitations du jury.

De plus, passionnée par la musique baroque, elle s’adonne aussi à la pratique du traverso, instrument baroque, et flûte classique pour lesquels elle voue une profonde affection, ce qui l’amène à se perfectionner aux côtés de Serge Saïtta à l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne (France) et de Barthold Kuijken au Conservatoire de Bruxelles où elle obtient son master avec distinction.

Sandra Latour se produit entre autres avec l’ensemble « Les Surprises » avec lequel elle vient de sortir le disque « Rebel de père en fils » sous le label Ambronay. Elle joue avec divers orchestres baroques et modernes.

Elle est l’assistante de José-Daniel Castellon à la Haute Ecole de Musique de Lausanne. Parallèlement, elle enseigne la flûte traversière au Conservatoire de Lausanne et le traverso au Conservatoire de Lyon.

Rolf Lislevand, théorbe et guitare baroque

Rolf Lislevand, luthiste et théorbiste, né à Oslo en 1961, a commencé par étudier la guitare classique à l’Académie de musique d’État de Norvège. Il étudie le luth et le théorbe à la Schola Cantorum de Bâle avec Eugène Dombois et Hopkinson Smith.
En 1991, il participe à l’enregistrement sonore de « Tous les matins du monde », film d’Alain Corneau sur la vie de Jean de Sainte-Colombe et Marin Marais. Lors d’un séjour en Italie, il forme un ensemble dédié à la musique italienne de la première moitié du 16ème siècle avec lequel il enregistre un disque entièrement consacré au compositeur italien Kapsberger. Ce disque remporte un Diapason d’or de l’année 1994, et le titre de Meilleur disque de musique instrumentale d’avant 1650 lui est attribué par le MIDEM.

Il a depuis enregistré d’autres disques de musique baroque avec son ensemble Kapsberger : Encuentro, Codex et Alfabeto, et a collaboré avec de nombreux musiciens et formations baroques (Hespérion XXI avec Jordi Savall, Montserrat Figueras…).

Jovanka Marville, clavecin

Durant ses études de piano, Jovanka Marville était déjà attirée par la musique des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle s’est naturellement tournée vers le clavecin et les instruments anciens en étudiant principalement avec Christiane Jaccottet au Conservatoire de Genève, où elle a obtenu un Premier Prix de clavecin, et Johann Sonnleitner à Zürich. Par la suite, elle a eu la chance de rencontrer, lors de cours de maîtres, des musiciens tels que Andreas Staier (pianoforte), Jesper Christensen (basse continue), Rudolf Lutz (improvisation). Lauréate du Concours International de Bruges en 1989, elle donne de nombreux concerts de musique de chambre avec des musiciens de renom. A maintes reprises elle a fait partie, comme soliste ou continuiste, de divers ensembles notamment l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Ensemble Vocal et Instrumental de Lausanne, l’Ensemble Contrechamps de Genève. Elle se produit souvent au pianoforte, car elle aime particulièrement les œuvres de Mozart, Haydn et du jeune Beethoven. Elle pratique également avec assiduité le clavicorde pour ses infinies possibilités d’expression et de sensibilité. Ses disques ont été enregistrés sur des instruments somptueux comme le clavecin Ruckers du Musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel ou un exceptionnel clavecin Louis Denis datant de 1658. Deux CD’s sont parus sous le label AEON, dont des extraits choisis du Fitzwilliam Virginal Book au clavecin et au virginal. Un autre, composé d’œuvres de J.S. Bach jouées au clavicorde, est paru chez Passacaille en 2011. L’enregistrement des sonates en trio pour orgue de J.S. Bach transcrites pour flûte à bec et clavier, en collaboration avec Jan Van Hoecke, flûtiste, est sorti chez ALPHA. Jovanka Marville enseigne le clavecin et la musique de chambre à la Haute Ecole de Musique de Lausanne.

Claire Anne Piguet, clavecin

Claire Anne Piguet a étudié le clavecin avec Andreas Staier et Jean Goverts à la Schola Cantorum Basiliensis. Elle s’est concentrée en particulier sur l’approfondissement de la pratique de la basse continue du point de vue historique et la musique d’ensemble auprès de Jesper Christensen. Suite au Diplôme d’enseignement de la flûte à bec dans la classe de Michel Piguet, elle obtient le Diplôme de Concert de clavecin de la SCB et reçoit le Prix de la Regio Basiliensis. A la suite de ses études elle enseigne un semestre ad interim à la Musikhochschule de Vienne puis à Zürich (basse continue). Complétant sa formation, elle pratique l’ornementation et l’improvisation avec Liane Ehlich. A travers une collaboration régulière avec Alain Christen, elle a approfondi l’interprétation musicale des danses baroques . Elle partage ces expériences avec les étudiants, et lors de conférences et stages. Quelques expériences l’ont particulièrement marquée : « Orfeo » et « Le Couronnement de Poppée » de Monteverdi, à Dresde et Varsovie, l’interprétation des Passions de Bach, du Messie de Haendel sous la direction de M. Radulescu, la Symphonie de Schnittke avec le « Basel Sinfonietta », “Anima e Corpo” de E. De Cavalieri et D. Amann avec le Vokalensemble de Zürich, dirigé par Peter Siegwart . La découverte de la musique, des orgues et de l’architecture baroque des colonies, lors de tournées au Brésil et en Bolivie avec l’Ensemble Turicum. Claire Anne Piguet a participé à des enregistrements Radio et CDs : Compositions de Jürg Frei et Misha Käser (CD Grammont-Portrait), « Missa Pastoril » de M.N. Garcia (K617), « Stabat Mater » de Brunetti (Pan classics), « Magnificat, Noël au Concert Spirituel » avec L’Ensemble Arabesque (Hortus). Claire Anne Piguet est accompagnatrice à l’HEMU et professeure de clavecin au Conservatoire de Lausanne.

Josquin Piguet, trompette naturelle et cornet à bouquin

Josquin Piguet commence l’apprentissage de la trompette avec R.Ischer au Conservatoire de Lausanne, puis O.Theurillat à l’HEMU. Grâce aux rencontres « Harmoniques », il fait plus ample connaissance avec les cuivres anciens et débute
la trompette naturelle puis le cornet à bouquin. Pendant trois ans, il étudie le piano jazz à l’EJMA et participe depuis plusieurs années aux cours du Festival de Musique Improvisée de Lausanne. En 2010, il reçoit une bourse de la Fondation Crescendo. Il obtient son Bachelor de cornet à bouquin en 2014 à la Schola Cantorum Basiliensis et un Master de trompette naturelle en 2016, respectivement dans les classes de Bruce Dickey et Jean-François Madeuf. Josquin continue sa formation dans
la classe de cornet à bouquin de William Dongois au Département de Musique Ancienne de la Haute Ecole de Musique à Genève. Il joue régulièrement en Suisse à l’étranger, aux Moments musicaux de Cacharel à Rasteau (F), à Den Haag (programme Gabrieli, sous la direction de Charles Toet), à Venise ou encore à Prague (Vêpres de Monteverdi avec l’ensemble Collegium 1704, direction Vàclav Luks).

Jonathan Rubin, luth

Jonathan Rubin est né à Sydney. Il commence sa carrière musicale comme guitariste. En 1973, l’Australia Council lui octroie une bourse pour étudier à la Schola Cantorum Basiliensis où il obtient un diplôme de musique ancienne. Il se perfectionne ensuite comme continuiste au luth, au théorbe et à la guitare baroque.

Il a publié plusieurs éditions chez Tree Edition d’œuvres pour luth de Purcell, Weiss, Satie, Debussy et Anna Magdalena Bach. Sa conception novatrice du luth est exposée dans une série d’articles de la Lute Society Newsletter.

Jonathan Rubin travaille aussi avec Michel Corboz et l’Ensemble Vocal de Lausanne, le Freitagsakademie, Christophe Rousset et les Talens Lyriques, Marc Minkowski et Les Musiciens du Louvre, Jean-Claude Malgoire et La Grande Ecurie du Roy, Jordi Savall, Hervé Niquet, Heinz Holliger, Jill Feldman, Monika Mauch, Nima ben David, Gabriele Fontana ou Judith Nelson. En 1986, il débute une collaboration régulière avec William Christie et Les Arts Florissants, notamment lors de la production du Retour d’Ulysse de Monteverdi. Jonathan Rubin a participé à plus de 60 enregistrements pour le continuo.

Il enseigne le luth depuis 2000 au Conservatoire Populaire de Musique de Genève, et est, depuis 1980, professeur de luth à la Haute école de musique de Genève.

Bettina Ruchti, alto

Née à Cambridge (Mass. USA), Bettina Ruchti commence à l’âge de 6 ans à jouer du violon . A 15 ans elle change pour l’alto. Elle étudie l’alto à Zurich, Florence et Genève avec Nicolas Corti, Hatto Beyerle et Nicolas Pache. A Genève, elle découvre la pratique de la musique ancienne avec Francis Biggi au Centre de Musique Ancienne. Passionnée des instruments anciens et leur répertoire, elle s’intéresse à toute sorte d’instruments à cordes joués « da braccio » : le violon, l’alto, la viole d’amour, la vièle, la lira da braccio. Dans la classe de Florence Malgoire, elle poursuit ses études avec distinction. Bettina se produit en concert comme soliste et en orchestre, sous la baguette de William Christie, Ton Kopman, Pascal Meyer, Florence Malgoire, John Duxbury, Stephan Macleod et autres . Elle est membre fondateur de l’ensemble Aquilegia, ensemble spécialisé pour la musique médiévale et Renaissance. Bettina Ruchti travaille en tant qu’assistante de recherche à la Haute Ecole de Musique de Genève sur un projet de la Commedia dell’arte. Elle mène une étude sur les séquences de Notker parue dans la Rivista Italiane di Musica Sacra,
et une recherche sur le chant grégorien dans un sacramentaire du 12ème siècle, trouvé dans la bibliothèque municipale de Vienne (Isère). A l’université de Berne, elle approfondit ses connaissances sur les séquences de Notker avec un master
en musicologie et prépare actuellement une thèse de doctorat à sur le chant grégorien du 11ème et 12ème siècle.

Rebeka Rusó, viole de gambe

Rebeka Rusó vient d’une famille de musiciens originaire de Bratislava. Après des études de violoncelle, elle étudie la viole de gambe auprès de Wieland Kuijken à Bruxelles et de Paolo Pandolfo et Christoph Coin (violoncelle baroque) à la Schola Cantorum Basiliensis. Elle est lauréate du concours Bach-Abel à Köthen en 1997. Elle collabore avec des artistes et ensembles de renom et a participé à de nombreux enregistrements. Son premier CD en soliste „Touch me lightly“ ainsi qu’un deuxième CD avec des oeuvres de C.Ph.E.Bach & C.F.Abel ont reçu de très bonnes critiques de la presse internationale. Elle vit à Bâle et enseigne depuis 2014 à la Schola Cantorum Basiliensis.

Hélène Schmitt, violon

Elle étudie le violon à Paris auprès de Gérard Jarry, Jean-Claude Bernède, Dominique Hoppenot et Veda Reynolds, puis le violon baroque à la Schola Cantorum de Bâle en Suisse, auprès de Chiara Bianchini. C’est auprès de Reinhard Goebel qu’elle approfondit son jeu, à Cologne, où elle choisira de vivre durant dix ans avant de revenir en France. Lauréate de trois prix internationaux : Bruges, Amsterdam et Melk, ses disques en soliste, dont huit pour le label Alpha, sont prisés par la critique internationale. Elle est récompensée du prix de la Fondation Del Duca, abritée par l’Académie des Beaux-Arts de Paris. Elle fait régulièrement partie des jurys des CNSM de Paris et de Lyon, ainsi que des concours internationaux, tels le Concours International Biber (Biberwettbewerb) ou le Concours international Van Vlaanderen Bruges. Elle entretient
des liens forts avec le claveciniste François Guerrier, ou encore le luthiste Rolf Lislevand. Avec les pianistes Alexei Lubimov et Tobias Koch, elle approfondit son jeu sur les répertoires classiques et romantiques. Hélène se produit en soliste sur toutes les scènes et festivals européens et a donné l’intégrale des Sonates et Partitas pour violon seul de Johann Sebastian Bach en tournée de récitals au Japon et en Amérique du Nord. En 2014, elle est lauréate de la fondation allemande Violin Assets qui lui prête un magnifique violon italien de Michele Deconet, 1764. Son dernier enregistrement, consacré aux Sonates du Rosaire de HIF Biber est sorti en 2016 pour le label allemand Aeolus. En outre l’enregistrement des oeuvres que la compositrice Florentine Mulsant lui a dédiées sort au printemps 2017, pour
le label Maguelone.

Giuseppe Lo Sardo, violone

Giuseppe Lo Sardo a étudié la contrebasse moderne avec Franco Muzzi au Conservatoire de sa ville natale de Palerme. Il obtient son diplôme en 1987. Après dix ans en tant que musicien free-lance en Italie, il a décidé d’approfondir ses connaissances de la musique ancienne, et a étudié avec David Sinclair à la Schola Cantorum Basiliensis en Suisse pendant quatre ans.

Giuseppe a joué ou enregistré avec le Freiburger Barockorchester (Fribourg), La Cetra (Bâle), Le Parlement de Musique (Strasbourg), La Fontaine (Winterthur), Capriccio Basel, l’Academy of Ancient Music (Cambridge, Royaume-Uni), le Baroque Soloists Suisse (Bâle), Le Veilleur de Nuit (La Courroie, France), Bachkantaten Bâle, Kammerorchester Basel, Musica Fiorita (Bâle), Neue Hofkapelle München. Zefiro (Mantova), I Barocchisti (Lugano), Le Concert Spirituel (Paris). Il est membre fondateur de l’ensemble Un parfum d’Oranger.

En 2009, il a donné une masterclass sur l’interprétation pour la basse baroque et le violone au Conservatoire de Musique de Lugano.
Ses instruments :
Une contrebasse viennoise (Laborie, d’après Leidolff) 16′
Une contrebasse italienne (anonyme, seconde moitié du 19e siècle) 16′
Un violone en sol (Kappelmeyer, d’après Maggini) 8′

Christoph Urbanetz, viole de gambe

A fait ses études dans la classe de Lorenz Duftschmid au conservatoire de Graz, puis dans celle de Paolo Pandolfo à la Schola Cantorum Basiliensis à Bâle où il a passé son diplôme avec mention, et finalement dans la classe de Vittorio Ghielmi, au conservatoire de Lugano au Mozarteum à Salzbourg.

De 2001 à 2003 Christoph à participé aux masterclasses de Jordi Savall à Barcelone. En 2006 il décroche le prix spécial du concours international Bach-Abel à Köthen pour la meilleure interprétation des oeuvres de Bach, ainsi que le 2e prix en 2007. 1er prix en 2007 au concours international de viole de gambe à Seville. 2011 obtention du prix Romanus Weichlein au concours international Biber à St.Florian et lauréat du concours international Schmelzer à Melk.

Christoph se produit aussi bien en tant que soliste (Musikverein et Konzerthaus de Vienne, Forum Alte Musik Zurich, Teatro al Verme Milan, Reutlingen Musica Antiqua, Londres et Cambrige, Innsbruck) qu’en tant que chambriste (avec Concentus Musikus Wien-Nikolaus Harnoncourt, Il Giardino Armonico – Giovanni Antonini, Clemencic Consort – René Clemencic, Dresdner Staatskapelle – Reinhard Goebel, Il suonar parlante – Vittorio Ghielmi, Wiener Akademie – Martin Haselböck). De plus il a travaillé à des projets avec le chanteur pop italien Vinicio Capossela le violoncelliste Mario Brunello, et il se produit en duo avec Vittorio Ghielmi Christoph enseigne la viole de gambe au conservatoire de Graz, ainsi qu’à la Austria Barock Akademie de Gmunden.

Productions à la radio, enregistrements de CD’s et d’émissions télévisées (Membra Jesu Nostri avec René Jacobs).

Parution de son album “The Forqueray Family” en 2009 chez Brilliant Classics.

Esmé de Vries, violoncelle baroque

Après des études aux Pays-Bas avec Elias Arizcuren à Utrecht, Esmé de Vries se perfectionne auprès de Patrick Demenga à Lausanne, où elle obtient son diplôme de concert avec les félicitations du jury. Depuis sa rencontre avec le violoncelliste Bruno Cocset en 2007, elle développe une passion spécifique pour la musique ancienne. Elle se forme à la pratique du violoncelle baroque avec Bruno Cocset au Centre de la Musique Ancienne de la Haute Ecole de Musique à Genève, où elle termine un Master en été 2010.

En été 2008, elle crée avec Paolo Corsi, Juliette Roumailhac et Pierre-Yves Denis l’ensemble baroque Le Harmoniche Sfere. Elle fait aussi parti de l’ensemble Les Ramages avec Véronique Jamain (traverso). Elle a participé à l’Académie Soliste d’Ambronay 2008 sous la direction artistique de Serge Saitta. Elle travaille également en alternance avec différents ensembles baroques comme l’Ensemble Baroque du Léman, Capella Genevensis, Capella Concertata ainsi qu’en été 2009 au 62ème festival d’Aldeburgh en Angleterre, sous la direction de Masaaki Susuki.

Depuis le début de ses études de violoncelle moderne, elle s’investit également dans le répertoire de musique contemporaine. Aux Pays-Bas, elle a travaillé avec l’octuor de violoncelles Conjunto Ibérico, un ensemble spécialisé dans la musique de notre temps et la musique hispanique, dédicataire de nombreuses œuvres actuelles. En Suisse, cet intérêt se reflète dans la collaboration avec les ensembles Vortex, CH.AU et Contrechamps.

Depuis son arrivée en Suisse en 2003, elle a travaillé avec différents ensembles: l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre de la Suisse Romande, la Camerata de Lausanne sous la direction de Pierre Amoyal et l’Orchestre de Chambre Helvética. Elle est membre de la Camerata Zürich.

Les Chanteurs 
Lisandro Abadie, baryton-basse

Lisandro Abadie est né à Buenos Aires, où il a commencé ses études de chant avec Sergio Pelacani. Il est diplômé de la Schola Cantorum Basiliensis (avec Evelyn Tubb) et de la Musikhochschule Luzern (dans la classe de Peter Brechbühler), et lauréat des prix Edwin Fischer à Lucerne en 2006 et Handel Singing Competition 2008 à Londres.

Il a chanté sous la direction de William Christie, Laurence Cummings, Facundo Agudin, John Eliot Gardiner, Paul Goodwin, Fabio Bonizzoni, Anthony Rooley, Hervé Niquet, Christophe Rousset, Paul Agnew, Václav Luks, Simon-Pierre Bestion, parmi beaucoup d’autres. Il collabore avec le pianiste et compositeur Paul Suits. Son répertoire d’opéra va de Monteverdi à la création contemporaine en passant par Händel et Viktor Ullmann.

En 2010 il a créé le rôle titre de Cachafaz, opéra d’Oscar Strasnoy, mis en scène par Benjamin Lazar (Opéra Comique). Il s’est produit en concert avec Orchestra of the Age of Enlightenment, Les Arts Florissants, Les Folies Françoises, Collegium 1704, Il Complesso Barocco et il est régulièrement invité au London Handel Festival, ainsi qu’aux festivals Händel de Göttingen et Karlsruhe.

Il a également participé à de nombreux enregistrements dont Sémélé de Marais avec Hervé Niquet (Glossa), The Passions de Hayes (Glossa), Demetrio de J.S.Mayr (Oehms), Aci, Galatea e Polifemo (Glossa), Memento Mori (Alpha), Siroe (Accent), Music for Queen Anne et Airs de Lambert et Charpentier avec William Christie et l’intégrale des Madrigaux de Monteverdi avec Paul Agnew (Les Arts Florissants), The Tempest (Alpha) et Rameau’s Funeral avec Skip Sempé (Paradizo). Parmi ses projets d’opéra et concert se comptent des collaborations avec Collegium 1704, Les Arts Florissants, Andreas Spering et Jordi Savall.

Juliette de Banes Gardonne, mezzo-soprano

Française d’origine Italienne, Juliette de Banes Gardonne est titulaire d’un master de soliste de la Haute École de Musique de Genève et d’un certificat d’études avancées de la Haute École de Musique de Lausanne. Elle a suivi les master classes de Bernarda Fink, et de Sara Mingardo. Boursière de la Fondation SIGG en 2011, de la Fondation Ernst Göhner en 2012, pensionnaire du Centre National d’Insertion Professionnelle des Artistes Lyriques (CNIPAL) en 2012-2013, elle a été également lauréate du pourcent culturel Migros pour la saison 2013-2014.

La couleur de sa voix et sa capacité à vocaliser la portent naturellement vers le répertoire baroque et les opéras de Rossini. En 2013, elle a été finaliste du concours F. Provenzale de la Cappella dei Turchini à Naples. En tant qu’alto solo, elle a interprété les Madrigali guerrieri ed amorosi de Monteverdi, l’Historia di Jephte de Carissimi, le Stabat Mater de Pergolèse, la Passion selon St-Jean de Bach, la Neuvième symphonie de Beethoven et les Liebeslieder und neue Liebeslieder de Brahms.

À l’opéra, elle a tenu les rôles de l’Opinion publique dans Orphée aux Enfers d’Offenbach (BFM, Genève), de Meg dans Falstaff de Verdi (Festival de Sorru), de Lapak dans la Petite renarde rusée de Janacek (théâtre du Crochetan, Monthey), de Mademoiselle Dangeville dans Adriana Lecouvreur de Cilèa (opéra de Nice), de Javotte dans Manon de Massenet (opéra de Lausanne), de Maddalena dans Rigoletto de Verdi (Centre Lyrique Clermont-Auvergne) et, en version concert, le rôle principal de Dido and Eneas de Purcell (Cappella Genevensis).

Natacha Ducret, soprano

Durant ses études de chant au Centre de Musique Ancienne de Genève, au Conservatoire de Lausanne (où elle obtient un Premier Prix de Virtuosité avec félicitations du jury), et au Guildhall School of Music and Drama de Londres, Natacha Ducret travaille avec Pierre-André Blaser, Laura Sarti, Emma Kirkby, Gabriel Garrido, Philip Pickett, David Roblou et Eric Tappy.

Elle chante en tant que soliste dans les salles de concerts et les festivals européens les plus réputés avec notamment : Barockorchester Frankfurt, Capriccio Basel, Daedalus, Ensemble 415, Ensemble Vocal et Instrumental de Lausanne, Orchestre de Chambre de Lausanne… sous la direction de chefs tels que :
Chiara Banchini, Nicolas Chalvin, Michel Corboz, John Duxbury, Fernando Eldoro, Laurent Gendre, Joachim Martini…

À l’opéra, on a pu l’entendre dans l’Incoronazione di Poppea de Monteverdi à Londres, Les Fêtes de Ramire de Rameau à Genève, Noye’s fludde de Britten à Paris, King Arthur de Purcell à Genève, L’Aurora ingannata de Giacobbi à Bologne, Medeamaterial de Dusapin à Lausanne. Elle a particulièrement marqué les esprit dans son interprétation de Didon dans le Dido and Aeneas de Purcell.

Natacha Ducret a enregistré pour les firmes Accent, Cascavelle, Naxos, ORF et Sinfonia.

Raphaël Favre, ténor

Né à La Chaux-de-Fonds, Raphaël Favre commence l’étude du chant avec Marie-Lise de Montmollin et poursuit sa formation au conservatoire de sa ville natale (diplôme d’enseignement en 2000). Il se perfectionne ensuite avec Christoph Prégardien à la Haute école de Musique de Zürich (diplôme de concert en 2004 et diplôme de soliste en 2006). Il remporte en 2006 avec la pianiste Chiho Togawa le 3e prix du Concours international Franz Schubert et la musique de la modernité de Graz et en 2007 le 3e prix du Concours international de lied de Stuttgart.

Son répertoire comprend les principales oeuvres sacrées de Monteverdi, Bach, Haendel ou Mozart, des oratorios romantiques et modernes ainsi qu’une très grande quantité de Lieder allemands, mélodies françaises et anglaises. Raphaël Favre interprète aussi très volontiers la polyphonie de la renaissance ainsi que la musique contemporaine. Il a fait ses débuts à l’opéra en tant que Paolino dans « Il matrimonio segreto » de D. Cimarosa, et interprète également les rôles de Tamino (Die Zauberflöte de W.-A. Mozart) et Medoro (Orlando Paladino de J. Haydn). 1er Manager (Neues vom Tage de P. Hindemith), Hans Scholl (Weiße Rose de U. Zimmermann).

Il a par ailleurs participé à de nombreux festivals en Suisse, France, Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Belgique ou au Japon avec des chefs tels que Michel Corboz, Michael Hofstetter, Dominique Tille, Philippe Krüttli, Jérémie Rhorer, Thomas Rösner, Adriano Giardina, Laurent Gay, Marc Kissoczy, Peter Siegwart ou Jan Schultsz.

Julien Freymuth, contre-ténor
Julien Freymuth est né à Colmar en 1982. Il débute ses études musicales à la Maîtrise de Garçons de Colmar. Il obtient par la suite le diplôme de spécialisation en Chant Baroque au Centre de Musique Baroque de Versailles, puis le DEM au conservatoire de Versailles.
Julien Freymuth a eu l’occasion de chanter sous la direction de nombreux chefs tels que Gustav Leonhardt, Ton Koopman, Hervé Nicquet, Philippe Herreweghe, Christophe Rousset, Jean Tubéry, Joshua Rifkin, Olivier Schneebeli, Benoît Haller, Hans Michael Beuerle, Raphaël Pichon, Jean-Claude Malgoire, François-Xavier Roth, Laurent Gendre, Françoise Lasserre et Andreas Scholl.
Il participe à de nombreux enregistrements: « Passio secundum Johannem » ( Zigzag territoires), « Vivat Leo » ( Challenge Classics . Diapason d’Or), « Passionskantaten » de Graupner (Carus), « Musiques sacrées à Versailles » (K617), « Messiah » de Haendel (K617), « Weihnachtsoratorium » de J.S. Bach (Johannes Gutenberg- Universitat Mainz).
En 2017, il participe à la tournée européenne « Heaven’s sweetness » dirigée par Alfredo Bernardini avec au programme les cantates de Bach BWV 117,123,151. Soliste dans la reconstitution de la Passion selon Saint Marc de JS Bach (Wiesbaden et Francfort),il incarne le rôle titre dans Schaf, nouvelle production de l’Opéra National du Rhin. Il donne régulièrement des concerts avec l’Ensemble Thélème.

Ivo Haun, ténor
Ivo Haun est né à Clamart, en France, mais il a grandi au Brésil. Après ses études professionnelles de guitare, il a suivi une formation de chant et a chanté pendant deux ans dans le chœur de l’orchestre symphonique de São Paulo . En 2010 s’est installé à Bâle, pour faire un Master dans la classe de Gerd Türk. Il a également été inspiré par les cours de maîtres de Maria Cristina Kiehr, Margret Honig, Christoph Prégardien, Andreas Scholl, Alessandro de Marchi, Adriana Fernandez, Dominique Visse et Nicolau de Figueiredo.
Il travaille régulièrement avec L’Ensemble vocal et l’orchestre de la Cetra (Andrea Marcon), Musica Fiorita (Daniela Dolci), Thélème (Jean-Christophe Groffe), La Morra (Corina Marti und Michal Gondko), Amsterdam Baroque Choir (Ton Koopman), Voces Suaves (Francesco Pedrini) et les Basler Madrigalisten (Raphael Immoos), avec lesquels il a également enregistré des CD’s.
Son répertoire favori est l’art du chant virtuose de la Renaissance et du pré-baroque, les pratiques de l’improvisation (Contrepoint inclus), la gestique et la rhétorique baroque, les accents historiques des langues d’Europe centrale et du latin, et l’exécution de la musique du 14 è au 17 siècle en notation originale.

María-Cristina Kiehr, soprano

Venue vers le chant en 1983, elle en poursuit l’étude avec René Jacobs à la Schola Cantorum Basiliensis où elle se spécialise dans le répertoire baroque. Parallèlement elle suit l’enseignement de Eva Krasnai.

Elle est aujourd’hui une artiste incontournable dans le domaine de la musique vocale baroque et participe à de nombreux enregistrements et concerts dans le monde entier avec Concerto Vocale (René Jacobs), Concerto Köln, l’Ensemble 415 (Chiara Banchini), Cantus Cölln (Konrad Junghänel), l’Ensemble Vocal Européen (Philippe Herreweghe), Hespèrion XX (Jordi Savall), La Fenice (Jean Tubéry), Elyma, le Nederlands Kamerkoor. Elle a également travaillé avec Frans Brüggen, Gustav Leonhardt et Nikolaus Harnoncourt.

María Cristina Kiehr s’intéresse particulièrement aux compositeurs du début de l’époque baroque. Elle est membre fondateur de l’ensemble La Colombina.

María Cristina Kiehr a fait ses débuts à l’opéra en 1988, à Innsbruck, sous la direction de René Jacobs dans Giasone de Cavalli, puis elle a participé aux productions de L’Incoronazione di Poppea de Monteverdi, de Orontea de Cesti et de Dido and Aeneas, toujours sous la direction de René Jacobs. Sous la direction de Gabriel Garrido, elle était Venere dans le Dafné de Gagliano, Musica et Speranza dans L’Orfeo et Minerva dans Il Ritorno d’Ulisse de Monteverdi.

Monika Mauch, soprano

La chanteuse Monika Mauch a d’abord étudié le chant auprès de Richard Wistreich à l’Institut für Alt Musik à Trossigen, en Allemagne, puis avec Jill Feldman à Paris. Elle s’est spécialisée dans l’interprétation de la musique ancienne, en concert, sur CD et à la radio. Elle travaille avec des ensembles tels que l’Ensemble Daedalus (Gevève), The Hilliard Ensemble, Musica Fiata et La Capella Ducale (Cologne), Les Cornets Noirs (Bâle), L’Arpa Festante (Munich), Hamburger Rastmusik (Hamburg) et l’Ensemble Weser Renaissance (Brême).

On peut citer deux de ses CDs en tant que soliste, A Musical Banquet, chansons au luth avec Nigel North (chez ECM) et 9 Deutsche Arien de G.F. Händel avec L’Arpa Festante (chez Carus Verlag).

Alex Potter, alto

Alex Potter débute sa carrière musicale comme choriste à la cathédrale de Southwark à Londres. Il étudie ensuite le chant au New College (Oxford) et mène en parallèle avec succès des études de musicologie. Il complète ensuite sa formation dans le domaine de la musique ancienne à la Schola Cantorum Basiliensis auprès de Gerd Türk.

Depuis la fin de ses études, il se spécialise dans le domaine de la musique des 17ème et 18ème siècles et travaille avec des chefs d’orchestres tels que Philippe Herreweghe, Frieder Bernius, Peter Neumann, Manfred Cordes et Roland Wilson.

Parmi ses récents engagements, citons la Passion selon Saint-Matthieu de Johann Sebastian Bach avec le Nederlandse Bachvereniging (Lars-Ulrik Mortensen), Theodora de Händel au festivals de Herne et Ambronay avec le Chorus Musicus Köln (Christoph Spering), le Nisi Dominus de Vivaldi avec le Capriccio Basel au festival de Regensburg, un récital solo Purcell au Stimmen Festival de Lörrach, Alexander’s Feast de Händel avec le théâtre de Bâle et la Missa Votiva de Zelenka avec le Kammerchor Stuttgart (Frieder Bernius) dans le cadre de l’Été musical de la MDR.

On peut l’entendre en soliste notamment dans les enregistrements du Schwanengesang de Heinrich Schütz avec le Collegium Vocale Gent (Philippe Herreweghe), de Joshua de Händel avec le Kölner Kammerchor (Peter Neumann), et des Missae Brevae de Johann Sebastian Bach avec Orlando Fribourg et La Cetra Basel (Laurent Gendre).

Les Ensembles invités 
Chœur de Chambre de l’Université de Fribourg

Dirigé depuis 1987 par son chef fondateur Pascal Mayer, le Chœur de Chambre de l’Université de Fribourg (CCUF) cultive un vaste répertoire étendu de la Renaissance à nos jours, principalement.

Privilégiant la musique des deux derniers siècles, il a créé plusieurs œuvres contemporaines parfois commandées à son initiative. Il se plaît également dans un répertoire plus léger, du chant populaire à la comédie musicale.

Distinct du Chœur de l’Université et des Jeunesses musicales de Fribourg (CUJM) qui est essentiellement estudiantin, le Chœur de Chambre de l’Université de Fribourg (CCUF) est formé de choristes amateurs expérimentés qui répondent à de strictes exigences vocales et musicales. Il donne de nombreux concerts en Suisse et à l’étranger, a cappella ou avec accompagnement de piano, d’orgue, de petite formation instrumentale ou de grand orchestre.

Le CCUF se produit le plus souvent sur appel, assurant l’affiche à lui seul. Il participe à des festivals et rencontres chorales. En concert, Son effectif varie généralement de trente à cinquante chanteurs. Il lui arrive d’autre part de rejoindre ou de renforcer de grands chœurs d’oratorio et d’opéra.

Pascal Mayer, chef du CCUF

Pascal Mayer dirige le Chœur Pro Arte de Lausanne, le Chœur de Chambre de l’Université de Fribourg et le Collegium Musicum de l’Eglise des Jésuites de Lucerne, où il enseigne aussi la direction chorale à la Hochschule-Musik. Il prépare les chœurs du Festival d’Opéra d’Avenches.

Avec une sensibilité musicale aussi vive qu’éclectique, alliant la rigueur formelle aux qualités lyriques et expressives acquises durant sa jeunesse à l’école des compositeurs de la Renaissance, Pascal Mayer explore les grandes œuvres, de la Messe en si de Bach au War Requiem de Britten.

Formé aux conservatoires de Fribourg et de Zürich, Pascal Mayer a chanté à l’Ensemble vocal de Lausanne, au Chœur de la Radio Suisse Romande, et au Kammerchor de Stuttgart. Appelé par Paul Sacher, il a dirigé le Basler Kammerchor durant 5 ans. Il a aussi dirigé le Chœur Faller de Lausanne pendant 20 ans.

Pascal Mayer collabore régulièrement avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne, le Sinfonietta de Lausanne et l’Ensemble baroque du Léman. En automne 2015, le Chœur Pro Arte présentera, avec le Sinfonietta et son chef Alexandre Mayer, la Symphonie Loggesang de Mendelssohn et, à Noël, le Gloria de Poulenc, avec la Camerata de Lausanne et Benjamin Righetti à l’orgue.

Avec le Chœur de Chambre de l’Université de Fribourg, en automne 2015, il interprétera le Dixit Dominus de Händel et 2 créations avec un quatuor de cuivres et un quatuor de cors des Alpes, de J-F. Michel et H. Baeriswyl.

Le festival bisannuel « Uniphonies-Fribourg » créé en 2011 sous son impulsion, contribue au rayonnement de sa ville et de son Université.

Pour les saisons 2015 et 2016, il a l’occasion de préparer les choeurs de l’Opéra de Lausanne, notamment pour la 9ème symphonie de Beethoven pour le Béjart Ballet de Lausanne.

Ensemble Concerto di Viole

Concerto di Viole est formé de Brian Franklin, Arno Jochem, Brigitte Gasser et Rebeka Rusó. L’Ensemble a joué et enregistré avec des solistes de renom tels que Emma Kirkby, Andreas Scholl, Kai Wessel, Monika Mauch et Franz Vitzthum dans divers festivals et séries de concerts tels que Freunde Alter Musik Basel, Bachfest Schaffhausen, Wigmore Hall London, Trigonale ou encore la Schubertiade à Schwarzenberg: le quatuor s’intéresse également au répertoire contemporain. Le Concerto di Viole a donné des oeuvres de compositeurs contemporains tels que Tan Dun, Rudolf Kelterborn, Dieter Krickeberg, Regina Irman et Lukas Langlotz. Sa discographie comprend entre autres les enregistrements suivants: Deutsche Barockkantaten, Werke von D. Buxtehude, J. M. Bach, F. Tunder, (etc.), Concerto di Viole et Andreas Scholl (Harmonia Mundi, France), Regina Irman Sculptures für Vierteltongambenquartett, Regina Irman (*1957) (Grammont Portrait, 2001), Fantasia für vier Vierteltongamben, Dieter Krickeberg (*1932) (Cantando, Basel 1995), Concerto di Viole (Grammont Portrait), Crystal Tears, John Dowland and his contemporaries: Concerto di Viole, Andreas Scholl (Harmonia Mundi Frankreich, 2008).

l’Ensemble Thélème, choeur professionnel

Thélème est un ensemble professionnel spécialisé dans l’interprétation de la musique ancienne. L’ensemble a été fondé en 2013 par son directeur artistique Jean-Christophe Groffe et se compose en grande partie de musiciens issus de la Schola Cantorum Basiliensis. Le nom de l’ensemble fait référence à l’utopie décrite par François Rabelais à la fin de son roman Gargantua. Thélème est un château Renaissance hexagonal de cinq étages construit avec des matériaux précieux. À Thélème, il n’y a pas de mur d’enceinte, pas d’horloge. À quoi bon se soucier de l’heure, quand on n’est pas tributaire du temps, quand on décide soi-même du moment où l’on va se lever, manger, travailler ou se consacrer au plaisir de la conversation ? Le nom même est à lui seul tout un programme : « thelo » vient du grec et signifie «je veux », on peut ainsi traduire thélème par «volonté libre». Thélème place la voix au centre de son travail et s’interroge sur les relations qu’entretient le musicien avec son public en proposant un travail scénique en alternative avec les formes habituelles du concert.
Thélème utilise la musique ancienne comme matériau brut permettant une réflexion sur les rôles du musicien dans la société. Thélème collabore avec des chanteurs, instrumentistes, compositeurs, auteurs, danseurs, chorégraphes, comédiens, metteurs en scène, chercheurs et créateurs en tous genres qui se retrouvent dans la maxime rabelaisienne : « Fay ce que voudras ». Thélème compte de nombreuses invitations à des festivals renommés: Festtage Alte Musik Basel, St.Galler Festspiele, Schubertiade d’Espace 2, Festival Rümlingen, Forum Alte Musik Zürich, Top Klassik Zürcher Oberland . L’ensemble thélème enregistrera jusqu’à fin 2017 trois CDs autour du compositeur Clément Janequin qui paraîtront sous le label Coviello Classics.

Vokalensemble Zürich, choeur professionnel

Le Vokalensemble Zürich est un ensemble vocal professionnel emmené par Peter Siegwart qui depuis 20 ans s’efforce de sortir des sentiers battus.

L’Ensemble cultive une prédilection pour une programmation exigeante laissant une place privilégiée à des oeuvres rarement données dans un large répertoire allant de la musique ancienne à la musique contemporaine. Il est régulièrement invité pour des productions ou des oeuvres inhabituelles (Schubertiade London Blackheath, créations d’œuvres contemporaines suisses en Pologne, projet «(z)eidgenössisCH» au Festival de Lucerne, diverses productions au festivals du Forum Alte Musik Zürich; Königsfelder Festspiele de 1990 à 2012; Sinfonia de Berio avec l’orchestre symphonique de Lucerne, Invocation de Furrer/Marthaler à l’opéra de Zurich, Nicht ich de Mundry à Thoune, Zurich, Lyon, Dusseldorf etc.). De nombreux compositeurs ont en effet composé pour l’Ensemble.

Le Vokalensemble Zürich a été récompensé par la ville de Zurich par «le Prix pour l’interprétation musicale 2007».

www.vokalensemblezuerich.ch

Peter Siegwart, chef du Vokalensemble Zürich

Peter Siegwart étudie la musique et la flûte avec, entre autres, André Jaunet et Marcel Moyse, la théorie musicale chez Rudolf Kelterborn et Hans Ulrich Lehmann, la direction auprès de Ferdinand Leitner et Rafael Kubelik. Il a été flûtiste et directeur du Barockensemble Luzern, sacré lauréat du Concours de musique de chambre lors du Festival International de Musique de Lucerne en 1974.

Peter Siegwart, directeur de divers ensembles, compositeur et initiateur de nombreux projets musicaux, réalise aujourd’hui avec le Vokalensemble Zurich des programmes originaux. En tant que directeur artistique, il a profondément marqué cet ensemble fondé en 1989. Depuis 1990 les Königsfelder Festspiele engagent régulièrement le Vokalensemble Zurich sous sa direction.

De 1976 à 2013, Peter Siegwart a enseigné à la Haute Ecole d’Art de Zurich, à la Haute Ecole de Musique de Lucerne où il a également travaillé en tant que directeur adjoint, et à l’Institut de Musicologie de l’Université de Zurich.

En 2004, Peter Siegwart a reçu un prix de la Fondation UBS pour la culture pour ses mérites avec le Vokalensemble Zurich. En 2007, l’ensemble, toujours dirigé par lui, a également reçu le Prix de l’interprétation musicale (Werkjahr für musikalische Interpretation) de la ville de Zurich.